• votre commentaire
  • Radioau2Maisons rediffuse l'émission Combat Sprituel les :

    Mardi 17 Avril à 20H

    Jeudi 19 Avril à 21H

    Samedi 21 Avril à 10H

     


    3 commentaires
  • Vu sur le Net.

    j'ai changé ce qui devait l'être dû au respect du Nom de notre Elohim et de Sa Parole faite Chair...

    ===============

    Ma chère future épouse,

    Il est drôle d’écrire cette lettre, sans même savoir si tu la liras un jour…

    Où vais-je d’ailleurs te l’envoyer ? Je n’ai pas ton adresse, ni ton numéro de téléphone. Facebook et WhatsApp sont inutiles, Skype et Instagram ne me montrent pas ton visage… Uber ne peut pas me mener à ta porte, et je ne sais pour quelle destination acheter un billet de train pour te remettre personnellement cette lettre.

    Et pourtant, même si nous ne sommes pas encore rencontrés, je veux que tu saches que je suis ici, que j’ai un numéro de téléphone et un profil sur Facebook. J’ai un monde – amis, famille, loisirs et intérêts – et je ne vois pas le moment où nos deux mondes se rencontreront, où nous pourrons les ouvrir l’un à l’autre et grandir ensemble dans l’amour.

    Je veux que tu saches que je t’attends, et que je t’ai déjà choisie. Je t’ai choisie bien au-delà de toutes les fausses images de la vie et de l’amour qui bombardent notre culture. Car aucune de ces fausses images – promiscuité, égocentrisme – n’est capable d’enflammer mon cœur, qui est déjà tien, au point de t’offrir un jour tout mon être dans un amour inconditionnel.

    Mais il y a une chose que tu dois savoir. Je ne suis pas parfait. Je suis juste un jeune homme normal qui essaie de vivre l’amour authentique chaque jour, avec beaucoup d’autres jeunes gens normaux qui font la même chose. Nous sommes ici. Et parfois, c’est vraiment difficile. Tu dois savoir que je ne vais pas te sauver, je connais très bien mes faiblesses, je ne suis pas un sauveur.

    Mais il y a une personne qui est notre Sauveur et j’espère que tu L’auras déjà rencontré. Même si je ne connais pas encore ton nom Lui le connaît. Et j’espère que, où que tu sois, tu sais qu’Il t’aime d’une manière infiniment plus parfaite que moi.

    Je veux que tu saches que je parle à Elohim de toi. Je Lui demande la grâce d’être capable moi aussi de t’aimer face à face comme Lui le fait maintenant. Elohim m’enseigne tous les jours, de petites manières, ce qu’il faut pour aimer en vérité et donner ma vie pour toi. En Lui je vois comment aimer authentiquement, et je choisis de t’aimer. Avec la grâce d'Adonaï, je te conduirai sur le Chemin Etroit , vers le Père.

    Le moment n’est pas encore arrivé, mais qu’importe. Pour l’instant, ce qui importe, c’est que tu coures dans les bras d'Adonaï, et que Lui soit à tes côtés.

    Un jour, nous allons courir ensemble, mais je t’en prie n’attends pas de me rencontrer pour partir, parce que nos chemins se croiseront lorsque nous courrons vers Elohim, notre regard fixé sur Lui.

    Je suis déjà en train de courir vers Lui ; sache que souvent il s’agit pour moi plus d’une course d’obstacles de 3 000 m que d’un sprint de 100 m, et que même si je peux sortir un peu meurtri, en Lui je serai fort et je serai prêt pour toi.

    Ma chère future épouse, où que tu sois, je veux que tu saches que l’amour est un choix, et sans savoir encore qui tu es, ce qui te fait sourire, quelles sont tes difficultés ou tes souffrances, j’ai choisi de t’aimer. Et je te rencontrerai quand nous serons en train de courir coude à coude dans les bras de notre Père céleste.

    J’espère que tu te sens en sécurité en Elohim. J’espère que tu sais que tu es aimée et que tu as un prix immense à mes yeux et aux yeux de Notre Aba.

    Que ton ange gardien veille sur toi.

    S’il te plaît, prie pour moi.

    Ton futur mari.


    votre commentaire
  •  

    6 Place-moi comme un sceau sur ton cœur, comme un sceau sur ton bras, car l'amour est fort comme la mort, la passion terrible comme le Cheol; ses traits sont des traits de feu, une flamme divine.

    7 Des torrents d'eau ne sauraient éteindre l'amour, des fleuves ne sauraient le noyer. Quand un homme donnerait toute la fortune de sa maison pour acheter l'amour, il ne recueillerait que dédain.


    votre commentaire
  • 1 Ecoutez-moi, vous qui poursuivez la justice, vous qui recherchez l'Adonaï ! Jetez les yeux sur le rocher d'où vous fûtes taillés, sur le puits de carrière d'où vous fûtes extraits.

    2 Considérez Abraham, votre père, Sara, qui vous a enfantés; lui seul je l'ai appelé, je l'ai béni et multiplié.

    3 Ainsi l'Adonaï a consolé Sion, a consolé toutes ses ruines; il a transformé son désert en Eden, sa solitude en jardin divin. Dans son sein régneront la joie et l'allégresse, les actions de grâces et la voix des cantiques.    

    4 Ecoutez-moi, vous qui êtes mon peuple, prêtez-moi l'oreille, vous qui formez ma nation! Car l'enseignement émane de moi, et j'établis la justice pour éclairer les nations.

    5 Elle est proche, ma justice, mon salut va éclore, et mes bras statuer sur les peuples; en moi les îles espèrent, comptant sur ma puissance.

    6 Levez vos regards vers les cieux et contemplez la terre en bas! Car les cieux s'évanouissent comme la fumée, la terre s'en va comme un vêtement usé, et ses habitants meurent comme des insectes. Mais mon salut demeure éternellement et ma justice ne connaît pas de défaillance.

    7 Ecoutez-moi, vous qui connaissez la justice, peuple qui portes ma loi dans ton cœur! Ne craignez pas les insultes des hommes et ne soyez point effrayés de leurs outrages;

    8 car ils seront comme un vêtement que mangent les mites, comme la laine que dévore la teigne, tandis que ma justice dure à jamais et mon salut d'âge en âge.

    9 Réveille-toi, réveille-toi, revêts-toi de force, ô bras d'Elohim ! Réveille-toi comme aux jours d'autrefois, dans les siècles antiques! N'est-ce pas toi qui taillas en pièces Rahab , qui frappas à mort le monstre?

    10 N'est-ce pas toi qui desséchas la mer, les eaux du vaste gouffre, qui traças dans les flots profonds une route pour le passage des affranchis?

    11 Oui, les rachetés d'Elohim reviendront; ils rentreront à Sion avec des chants de triomphe, une joie perpétuelle couronnant leur tête. Joie et allégresse seront leur partage, adieu douleur et soupirs!

    12 C'est moi, c'est moi qui vous console! Qui es-tu, toi qui as peur d'hommes périssables, des fils d'Adam qui tout à l'heure seront de l'herbe?

    13 Oubliant Elohim, qui t'a créé, qui a étendu les cieux et fondé la terre, tu trembles sans cesse, tous les jours, devant la colère du tyran qui médite ta perte; mais où donc est maintenant la colère du tyran?

    14 Rapidement le captif verra tomber ses chaînes; il ne mourra pas dans son cachot et le pain ne lui fera pas défaut.

    15 Car je suis YHWH, ton Elohim, Celui qui dompte la mer quand ses flots se soulèvent, et qui se nomme YHWH-Cebaot.

    16 J'ai déposé mes paroles dans ta bouche, et je t'ai abrité à l'ombre de ma main, voulant établir de [nouveaux] cieux et réédifier la terre, et dire à Sion: "Tu es mon peuple!"

    17 Réveille-toi, réveille-toi! Debout, Jérusalem! Tu as été abreuvée, par la main de l'Adonaï, du calice de sa colère; la lie de la coupe du vertige, tu l'as bue, tu l'as épuisée.

    18 Et pas un ne la soutient de tous les fils qu'elle a enfantés! Pas un ne saisit sa main de tous les enfants qu'elle a élevés!

    19 Deux coups t'ont frappée, nul ne t'a plainte: la dévastation et la ruine, la famine et le glaive; à qui donnerais-je mission de te consoler?

    20 Tes enfants, défaillants, gisent au carrefour de toutes les rues comme le buffle pris au piège, étourdis qu'ils sont par la colère de YHWH, par l'animadversion de ton Elohim.

    21 Or donc, écoute ceci, infortunée, toi qui es ivre, mais non de vin.

    22 Ainsi parle ton Maître, YHWH; ton Elohim, le champion de ton peuple: "Vois, je retire de ta main le calice du vertige; la lie de la coupe de ma colère, tu ne la boiras plus.

    23 Je la mettrai dans la main de ceux qui t'ont contristée, de ceux qui, s'adressant à ta personne, te disaient: "Couche-toi à terre, que nous passions [sur toi]!" Et tu faisais de ton dos comme un sol qu'on foule, comme une rue pour les passants.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique