• Et toutes les nations monteront contre Jérusalem

    source : http://malaassot.over-blog.com/2018/03/previsions-apocalyptiques-sur-notre-prochaine-guerre.html

     

    Transmis par Freedom, merci à elle !

     

    =====================

    Par Vic Rosenthal

    Il y a un sentiment de calme avant la tempête ici en Israël. Tout le monde pense que la guerre est inévitable, et la plupart des gens comprennent, au moins sur le plan intellectuel, que cette guerre sera l'une des plus difficiles de l'histoire d'Israël.

    Je dirai d'emblée que je suis convaincu que nous survivrons à celle-ci et que nous obtiendrons même une certaine mesure de victoire. Mais le coût sera très élevé pour les soldats, les civils et les biens, et le prix que nous aurons à exiger de nos ennemis sera encore plus élevé. Comme par le passé, ils se seront livrés à une frénésie, écoutant leur propre propagande. Et comme par le passé, ils seront désolés. Mais il n'y aura pas moyen de les arrêter, d'autant plus que le régime iranien pense pouvoir nous détruire par procuration, sans se salir les mains..

    Notre gouvernement et nos militaires feront de leur mieux pour dissuader les différents acteurs. Ne vous joignez pas à eux, et rien ne vous arrivera, diront-ils, comme ils l'ont dit au roi Hussein de Jordanie en 1967. Mais le manque de compréhension de nos ennemis de nos capacités, leurs idées fausses sur la nature du peuple juif en Israël et leur haine ardente pour nous, continuera à les éblouir.

    Nous sommes confrontés à quelque 130 000 roquettes au Liban qui peuvent frapper presque tout Israël, et dont certaines peuvent être guidées avec précision vers leurs cibles. Il y a également un nombre inconnu de missiles en Syrie, qui peuvent transporter des armes chimiques. Et l'Iran lui-même a des missiles qui peuvent frapper Israël depuis son territoire. Il y a des combattants du Hezbollah et des milices chiites au Liban et en Syrie, prêts à faire la guerre sur notre territoire. Et contrairement à l'armée israélienne, ils n'épargneront pas les civils qu'ils rencontreront.

    Le Hamas a également développé ses forces de missiles depuis la dernière guerre, et a durci leurs lanceurs et les a enterrés sous terre. Il y a une menace de l'Etat islamique dans le nord du Sinaï. Une fois la guerre commencée, nous pouvons nous attendre à une recrudescence du terrorisme de la part des Arabes en Judée et en Samarie, et peut-être même des cellules terroristes basées dans la région du Triangle A combien de fronts aurons-nous à faire face?

    Tsahal s'attend à des incursions dans le nord et a fait des plans d'évacuation des zones menacées par les combats ou les tirs de roquettes. Il se peut qu'il y ait également des évacuations dans la zone autour de Gaza.

    Le premier acte de l'ennemi sera probablement les attaques à la roquette massive depuis le Liban, peut-être avec des missiles à guidage de précision visant des cibles militaires et des infrastructures sensibles. Seules certaines des roquettes entrantes seront interceptées par nos systèmes anti-missiles, qui pourront être dépassés par le nombre de projectiles. Je m'attends à ce qu'il y ait des incursions des forces ennemies d'élite en même temps, afin de créer la panique et de bloquer les routes avec les gens qui se déplacent vers le sud. Des milliers de roquettes par jour seront d'abord tirées, jusqu'à ce que nos forces puissent détruire les lanceurs et les stocks.

    L'IAF (l'aviation)et l'artillerie frapperont les zones de lancement dans le sud du Liban, causant des dégâts considérables et probablement une grande perte de vies humaines civiles au milieu desquels les lance-roquettes auront été positionnés. Les troupes au sol de Tsahal entreront au Liban pour déraciner les lanceurs qui ne peuvent pas être détruits par les airs. De violents combats seront attendus dans une zone complexe de tunnels et de bunkers. Les pertes à la fois au front intérieur et de l'armée israélienne dans cette phase peuvent être assez élevées.

    Je ne peux pas estimer combien de temps il faudra pour arrêter les tirs de roquettes depuis le Liban, mais en 2006, cela a duré un mois entier jusqu'à la signature d'un cessez-le-feu. Tsahal dit avoir appris les leçons de cette guerre, mais le Hezbollah l'a fait aussi. Je pense qu'il est vrai que cette fois nous avons une intelligence bien meilleure et saurons frapper plus de cibles en moins de temps. Nous pouvons même réussir à décapiter le Hezbollah en tuant ses hauts dirigeants dès le début. Mais il est impossible de prédire ce qui se passera dans une guerre à quatre ou cinq fronts. Il y a des estimations crédibles de milliers de victimes civiles et militaires de notre côté. La guerre sera probablement la plus douloureuse de toutes les guerres précédentes d'Israël (au moins par le nombre de victimes).

    Je pense qu'Israël qui a des projets de construction massive et de l'économie, qui est en plein essor souffrira d'un grave revers de cette guerre, à cause des coûts humains et financiers. «L'âge d'or» que nous connaissons aujourd'hui ne se poursuivra pas, ou du moins sera suspendu pour quelques années. La machine de la haine dans le monde sera surmultipliée, nous tenant responsables de la mort de milliers ou même de dizaines de milliers de boucliers humains au Liban et à Gaza. Il y aura des manifestations contre Israël et les Juifs partout dans le monde.

    Que pouvons-nous faire pour réduire l'impact de la guerre? Il me semble qu'il y a plusieurs stratégies possibles:

    L'un est d'attendre que l'ennemi attaque, puis de les frapper aussi fort que possible. Cela a un avantage majeur - du moins, disent ses partisans - c'est-à-dire que l'opinion mondiale et le climat diplomatique seraient plus favorables, puisque nous ne serions pas considérés comme l'agresseur. Nos ennemis auraient violé le droit international en nous attaquant, et théoriquement un règlement négocié nous serait favorable.

    Le principal inconvénient de cette stratégie est qu'une énorme quantité de dégâts pourra être faite avant que nous répondions. Surtout si l'infrastructure critique est détruite, notre réponse pourrait être retardée, et la différence pourrait être mesurée en milliers de décès. Puisque les troupes au sol seraient obligées de faire face aux incursions et aux tirs de lance-roquettes, nous serions dans une situation difficile jusqu'à ce que les réserves puissent être mobilisées, surtout si nous avons été attaqués sur plusieurs fronts.

    Mais la vérité est que notre isolement diplomatique provient de la perception qu'ont les autres nations de leur intérêt national et de leurs préjugés, et non de la véritable nature morale ou juridique de nos actions. L'opinion mondiale est manipulée par les gouvernements et les médias et n'est pas non plus basée sur la réalité. Je doute donc que de tels avantages abstraits justifient le prix que nous aurions à payer pour cela.  Et le prix serait élevé.

    La deuxième stratégie consiste à préempter et attaquer le premier. Martin Sherman a fait du bon travail en plaidant pour la préemption :

    Compte tenu de l'hypothèse selon laquelle, soutenu par la présence physique omniprésente de son client, le Hezbollah utilisera probablement le vaste arsenal dont il dispose, la question inévitable est la suivante: Israël permettra-t-il à son adversaire mortel de choisir l'heure, le lieu et les circonstances? attaque majeure contre lui? En effet, plus précisément, Israël peut-il s’autoriser de permettre au Hezbollah un tel choix?

    Sherman continue à montrer qu'Israël ne peut pas, en particulier parce que la petite taille du pays et sa sophistication technologique la rendent particulièrement vulnérable à la destruction des infrastructures critiques telles que les centrales électriques, les installations de dessalement, les raffineries, les plates-formes de gaz naturel et autres installations similaires. Une frappe préventive pourrait ne pas être aussi efficace qu'en 1967, mais elle réduirait certainement les dégâts qu'Israël devrait absorber. Si cela est fait correctement, cela pourrait entraîner une fin rapide de la guerre. 

    Sherman argumente correctement que l'idée qu'Israël a réussi à dissuader ses ennemis est fausse. Au contraire, notre retenue a été exploitée pour permettre à nos ennemis d'accumuler et de durcir leurs capacités. Le choix, dit Sherman, est "entre neutraliser l'ennemi tant que vous le pouvez; ou continuer à dissuader l'ennemi - jusqu'à ce que vous ne puissiez plus! "

    Une troisième stratégie consiste à continuer comme nous l'avons fait, en empêchant l'Iran d'établir des bases en Syrie et en armant le Hezbollah au moyen de frappes limitées. Il s'agit d'une tactique incertaine qui n'est que partiellement efficace et, note Sherman, "elle risque non seulement de fortifier les cibles - par exemple en les convertissant de sites de surface en sites souterrains - mais de familiariser l'ennemi avec les méthodes israéliennes. et capacités. "

    Il y a toujours la question «que vont faire les grandes puissances?» Cela signifie, bien sûr, les États-Unis et la Russie. Le reste du monde parlera, mais n'a pas le pouvoir d'agir (les sunnites nous condamneront en public mais souriront en privé).   Il est difficile de prédire ce que fera l'administration Trump, mais il est certain qu' une administration Démocrate serait pire, ce qui plaide pour une action plus tôt que plus tard.

    Les Américains vont-ils insister sur la connaissance préalable de l'opération? Pouvons-nous prendre le risque de leur dire? Que va-t-il se passer si nous ne le faisons pas?

    En ce qui concerne la Russie, une partie de notre plan devra inclure la garantie des intérêts de la Russie dans la région. Ce que cela signifierait en détail devrait être élaboré, mais je ne pense pas que nos intérêts et ceux de la Russie doivent se contrecarrer.

    Le problème est que le temps ne joue pas en notre faveur. Plus nous attendons, plus la guerre devient inévitable et plus chère elle coûtera en vies. L'argument réconfortant selon lequel nos ennemis continueront à être dissuadés, à cause de notre force, s'effondre après chaque nouveau rapport selon lequel l'Iran a construit telle ou telle installation, ou a introduit telle ou telle milice en Syrie.

    Sherman demande: voulons-nous un triomphe comme 1967 ou un traumatisme comme 1973? Je ne sais pas si nous pouvons obtenir une victoire aussi totale que 1967, mais seule la préemption nous sauvera d'un résultat qui pourrait être bien pire que celui de 1973.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :