• L'euthanasie étendue aux non-​​malades?

    source: http://www.lessentiel.lu/fr/news/europe/story/L-euthanasie-etendue-aux-non-malades--13591719

    Note de Liliane : La France n'a rien à envier à la Belgique surtout en matière de folie Humaine ! Quelle horreur...mais comment nous traite-t-on déjà ? Ah oui ! De conspirationniste ! Je me souviens quand l'euthanasie est sortie des cartons nous étions nombreux à avoir fait le lien avec la volonté démoniaque de détruire un maximum de gens "inutiles" à la Société...Les faits de ce jour démontrent que nous étions bel et bien visionnaires, n'en déplaisent à ceux qui râlent parce que je dis souvent "j'avais prévenu, je l'avais dit" ! Ce qui vous gêne est que nous sommes une poignée à discerner voir et faire le lien avec les prophéties de la Parole, et si cela vous gêne à ce point c'est que vous êtes plutôt mal dans votre peau ...Va falloir revoir vos concepts religieux même s'ils sont brancher fêtes de l'Adonaï.

    Quand on connait le processus et sa banalisation pour les malades, il est certain que l'euthanasie pour les non-malades va suivre le même chemin. D'ici qu'on décide à notre place, le moment venu, ne fait qu'un pli puisque, lors de la Grande Tribulation, ces choses seront devenues normales pour éradiquer les faiseurs de trouble; comprenez : nous autres qui n'hésitons pas à ouvrir notre bouche.

    D'ailleurs si vous lisez bien l'article en question, vous découvrirez que des personnes dites "démentes" et "à problème psychiatrique" ont été tout simplement euthanasiées, légalement...cela fait froid dans le dos !

    Le réveil va être très dur pour beaucoup, et dire que parmi les païens bon nombre se réveillent (la future grande foule) alors que parmi les "chrétiens' pire les "brebis" ça ronfle sec" !

    =====================================

    Les Pays-Bas envisagent d'autoriser l'aide au suicide pour les personnes âgées qui ont le sentiment d'avoir «accompli» leur vie, même si elles ne sont pas malades.

    «Les personnes qui pensent, après avoir mûrement réfléchi, avoir achevé leur vie, doivent, sous de strictes conditions et selon des critères très précis, être autorisées à finir leur vie d'une manière qui leur semble digne», ont affirmé les ministres de la Santé et de la Justice dans une lettre adressée au Parlement. Avec la Belgique, les Pays-Bas ont été en 2002 le premier pays au monde à légaliser l'euthanasie. Les enfants de plus de douze ans peuvent également demander l'euthanasie. En 2015, les Pays-Bas ont enregistré 5 516 cas d'euthanasie, soit 3,9% des décès dans le pays, contre 3 136 cas cinq ans plus tôt. Parmi ces personnes, plus de 70% souffraient de cancer et 2,9% de maladies psychiatriques ou de démence.

    Le futur texte, qui sera élaboré après des discussions avec des experts, ne portera que sur les personnes âgées mais le gouvernement n'a pas évoqué d'âge spécifique. Les personnes concernées «ne voient plus de possibilité pour donner un sens à leur vie, vivent mal leur perte d'indépendance, ont un sentiment de solitude», assure le gouvernement. «Mais pour pouvoir mettre en place leur fin de vie, elles ont besoin d'aide». Un« assistant à la mort», une personne avec une éducation médicale et des formations spécifiques, devra autoriser la procédure après avoir exclu qu'un traitement puisse effacer ce «souhait de mort». Le processus sera examiné après le décès par une commission spécialisée.

     

    Une «mort sur commande»?

     

    Pour Robert Schurink, président de l'Association néerlandaise pour une fin de vie volontaire, «ceci offre une solution», a-t-il affirmé au quotidien populaire AD: certaines personnes «étaient contraintes à des mesures drastiques comme le suicide ou arrêter de manger et de boire quand elles ne voulaient plus vivre».

    Plusieurs partis de l'opposition ont critiqué le projet. Le parti socialiste, notamment, estime qu'un éventuel texte ne peut que mener à «une pression sur les autres personnes âgées qui vont se sentir de trop dans la communauté». Certains Néerlandais éprouvent la même inquiétude évoquant «les personnes fragiles, solitaires, désespérées» alors que le hashtag #voltooidleven (#vieaccomplie) était en tête des tendances sur Twitter dans le pays.

    La ministre de la Santé s'est défendue à la télévision publiqueNOS, assurant qu'il ne s'agissait pas d'une "mort sur commande": «Il faut organiser un processus très consciencieux». «Il ne doit pas s'agir ici de personnes qui, par exemple, sont seules ou qui sont dépressives ou dont les problèmes peuvent être résolus d'une autre manière», a-t-elle ajouté. Selon un sondage publié début 2016, 64% des Néerlandais sont favorables à la mise à disposition d'une "pilule de fin de vie" pour les personnes âgées qui le désirent.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :