• TEHILIM 119:105

     

    Ner leragli dvarekha, veor lin-tivati.

    Mot à mot :

    Chandelle, bougie, au bas des pieds parle à moi et lumière pour, dans, voie.

     

    Il s'agit ici de bien méditer la Parole et de sortir des arrangements voulus par la Babylone greco-romaine. Il s'agit de revenir aux sentiers anciens , de lire la pensée voulue par Adonaï.

    Ainsi nous avons deux messages importants dans ce verset hyper connu et si mal compris !

    Ner Leragli dvarékha 

    נר לרגלי דברך

    Nous avons le mot dvarekha qui a la racine importante du mot davar : PARLER, d'où la PAROLE faite chair...

    Il ne s'agit donc pas juste du sens "éclairer" comme nous le trouvons dans les fausses traductions édulcorées mais bel et bien de Yahshoua qui PARLE , plus que n'éclaire ! 

    Le verset débute avec "NER" : bougie, chandelle.

    Or nous avons en Mathieu 12:20 :

    "Il ne brisera pas un roseau fendu, il n'éteindra pas une mèche fumante, qu'il n'ait mené le jugement à la victoire...."

    La mèche fumante est un rappel de la chandelle placée sur notre route menant au Père !

    Ce n'est plus moi qui vit, c'est LUI qui vit en moi...

    Le mot qui suit Ner, est:

    Leragli לרגלי

    Au bas des pieds ! Il s'agit ici de saisir l'ACTION qui est soulignée. Le disciple de Yahshoua est le seul a disposé de la mèche fumante qui ne s'éteindra jamais , parce qu'il est en action, il fait, il agit. Premier point.

    Deuxième point, le disciple ne fait jamais RIEN sans au préalable avoir mis en PREMIER la chandelle qui dirige, qui montre , qui ouvre la voie; et ce dans tous les domaines de sa vie.

    Point de place à l'emporte pièce, à l'impulsivité, à l'impatience et encore moins à l'inaction, aux palabres...

    Ainsi nous avons comme première partie de ce verset :

    La Chandelle, cette lumière venue d'Adonaï PARLE à celui qui place ses pieds derrière la PAROLE avant de faire toutes choses.....

    Je rappelle que la chandelle n'est pas une fin en soit, elle meurt , elle se consume pour donner la vie à ceux qui ont besoin d'elle....

    Le support de la chandelle est immuable, il ne bouge jamais, il est fait de telle sorte qu'il est le pilier central, parce que tel est le Père qui porte le Fils pour donner la vie aux aveugles que nous sommes.

    Alors seulement la deuxième partie du verset trouve tout son sens :

    VEOR LIN-TIVATI

    ואור לנתיבתי

    ET la LUMIERE pour ma route.

    Alors la chandelle devient Lumière parce que je prends le sentier étroit voulu par le Père , qui mène à la vie au royaume à venir.

    Je ne peux avoir la Lumière que si j'écoute la Parole qui me parle à chaque instant pour me conduire dans les directives de mon quotidien, non pour faire ce que je veux faire mais ce que le Père a pour moi, dans son champ, là où la moisson est grande et là où les ouvriers sont si rares...

    A méditer !


  • Commentaires

    1
    Jorel
    Samedi 2 Décembre à 06:42

    Superbe ! Merci

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :