• TEHILIM 137

    Sur les rives des fleuves de Babylone, là nous nous assîmes, et nous pleurâmes au souvenir de Sion.

    Aux saules qui les bordent, nous suspendîmes nos harpes;

    Car là nos maîtres nous demandaient des hymnes, nos oppresseurs-des chants de joie. "Chantez-nous (disaient-ils) un des cantiques de Sion!"

     

    Comment chanterions-nous l'hymne de l’Adonaï en terre étrangère ?

    Si je t'oublie jamais, Jérusalem, que ma droite me refuse mon service!

    Que ma langue s'attache à mon palais, si je ne me souviens toujours de toi, si je ne place Jérusalem au sommet de toutes mes joies!

    Souviens toi, Adonaï, pour la perte des fils d'Edom, du jour (fatal) de Jérusalem, où ils disaient : Démolissez-la, démolissez-la, jusqu'en ses fondements!"

    Fille de Babel, vouée à la ruine, heureux qui te rendra le mal que tu nous as fait!

    Heureux qui saisira tes petits et les brisera contre le rocher


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :